En ce moment…

Journées européennes du patrimoine –
Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie !

Les 19 et 20 septembre 2020

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine, venez découvrir le Manoir de Boyac. Vous pourrez admirer la façade et la tour Ouest, dont les gros travaux de maçonnerie se sont achevés fin 2017. Travaux rendus possibles grâce au soutien de la DRAC, du conseil régional et du conseil général du Morbihan.

Visites gratuites des extérieurs de 9h à 19h le samedi 19
et le dimanche 20 septembre.

Visites gratuites de l’intérieur de 9h à 12h et de 14h à 18h, le samedi 19
et le dimanche 20 septembre.

Survolez le Manoir de Boyac !

Une très belle réalisation par Matthieu Le Coq

Historique

Un bref historique

Il est fait mention de Boyac des le IXe siècle, époque à laquelle il est donné en usufruit par le conte Matudéo à l’évèque Bily de Vannes et cédé par ce derniers en l’an 913 aux moines de Redon. À cette époque il n’est question que des terres de Boyac. La première fois que l’on parle d’un bâtiment, c’est avec un certain Jean Thebaud, qui parait en son « hostel » de Boyac en  1427.

Lors de la réformation du domaine royal de Ploêrmel en 1676, une description détaillée des lieux nous permet de constater que les bâtiments n’ont pas subit de modification depuis cette date, à l’exception du puits et du porche d’entrée, tous deux disparus.
Tout les reste est en l’état depuis 342 ans !
Ce qui donne à l’ensemble un indéniable caractère d’authenticité.

Il est à noter que sont intervenues au XVIIe siècle d’importantes modifications : lucarnes du manoir,  pigeonniers encadrant les dépendances, etc…

Un historique plus détaillé

Les blasons

 

A venir…

Description

À son arrivée, le visiteur traverse un premier espace entouré de murs, avant d’entrer dans la cour fermée du manoir de Boyac, lequel se compose d’un grand corps de bâtiment, encadré de deux pavillons à l’est et à l’ouest et d’une tour d’escalier au nord.
On remarquera sur ces éléments de nombreuses bouches à feu qui donnent à l’ensemble un aspect défensif. En face du manoir, les dépendances, également entourées de deux pavillons servant de pigeonniers, et également pourvues de nombreuses bouches à feu.
Au sud de ces dépendances, se trouve le potager clos de hauts murs.
L’ensemble de ces bâtiments est disposé en parfaite symétrie.

On entre dans le manoir de Boyac directement dans la salle basse, prolongée à l’est par une vaste cuisine et une buanderie. À l’ouest, deux chambres, sous lesquelles se trouve une grande cave. On accède à l’étage par un grand escalier en bois de type rampe sur rampe, qui débouche sur la salle haute identique à la salle basse, elle-même entourée de deux chambres à l’est, d’un salon et d’une autre chambre à l’ouest. Sur la cheminée du salon, on peut encore voir le blason de Jean-Marie Robert de La Mennais, fondateur de l’Institut des frères de Ploermel, qui y établit la maison de campagne de sa confrérie.

L’ensemble se termine par un vaste grenier. L’escalier se termine par une petite pièce surmontée d’un grenier. Au sommet de la tour, se trouve encore la croix installée par Jean-Marie Robert de La Mennais.

Les dépendances, encadrées par deux pigeonniers, comme précédemment indiqué, se composent d’une boulangerie avec four à pain en fond de cheminée et chambre au-dessus. S’en suivent une étable, une grange et une écurie. En ce qui concerne les deux pavillons avec colombier, on notera un détail architectural assez rare, en effet ces pavillons sont carrés d’extérieur et ronds à l’intérieur. Ces deux pavillons sont également garnis de deux bouches à trous.

On peut mentionner que le puits disparu a été remplacé et le porche également disparu le sera dans les projets à venir.